Dermopigmentation médicale,  On parle de nous

Interview MM Radio avec Sandie Tiziano (24 Mai 2019)

Sandy Schaer-Tiziano détaille les possibilités de la dermopigmentation réparatrice, traitement encore peu connu en France. “Il y a plusieurs terminologies. On entend parler de maquillage permanent, de maquillage semi-permanent, de dermopigmentation, micropigmentation… Bref, c’est du tatouage. On a une aiguille, on a un pigment et on fait entrer le pigment dans la peau. C’est la finalité qui va différer. Tout ce qui est maquillage permanent, semi-permanent, c’est vraiment du tatouage dit esthétique. On va tatouer les sourcils pour dessiner une ligne, parfaire une symétrie, les lèvres, eye-liner. Ce sont les trois pratiques les plus courantes quand on parle de dermopigmentation. En général, on est un peu plus dans le médical, donc, ça va être plus pour corriger tout ce qui est défaut de couleur de peau.”

“Une loi en France reconnaît le maquillage permanent et le tatouage seulement depuis 2008. Avant ça, on n’a rien. […] Il faut savoir que la législation française est la plus stricte de toute l’Europe.”

dermopigmentation réparatrice

maquillage permanent
©

La directrice du laboratoire Biotic Phocea explique les possibilités que permet la dermopigmentation réparatrice. “Pour tout ce qui est dermopigmentation — dit médical — là à 90%, c’est vraiment le tatouage de l’aréole mammaire post-cancer. Mais il y a aussi d’autres applications et certains souhaitent directement se faire tatouer les sourcils pour ne pas subir cette perte de pilosité. Nous avons également la trichopigmentation, c’est le tatouage du cuir chevelu — à effet purement esthétique — pour les hommes qui ont des calvities et qui souhaitent avoir l’effet crâne rasé. Et certains ont aussi des accidents de barbe, etc. Donc, on vient tatouer là où on se laisse pousser la barbe de 2–3 jours. Également, toutes les alopécies chez les femmes, il y en a pas mal. Donc, on vient et on fait le cuir chevelu pour ne pas donner cet effet trop clairsemé. Après, il y a les vitiligos qui marchent d’ailleurs beaucoup mieux sur les peaux foncées que sur les peaux claires parce que c’est compliqué de tatouer des peaux blanches, parce qu’il n’y a pas un blanc standard.”

“Quand vous allez vous faire tatouer — et je ne saurais le redire — demandez avec quoi vous allez vous faire tatouer, ‘est-ce que le pigment est français ?’, c’est un vrai gage de qualité.”

Sandy Schaer-Tiziano présente la plateforme Ink Me Up développée en partenariat avec Biotic Phocea. “L’idée de la plateforme, c’est d’être vraiment un point de rencontre rassurant pour les particuliers qui souhaitent accéder aux dernières techniques de dermopigmentation, mais tout en sérénité, tout en sécurité. Donc, on va sélectionner les professionnels, on vérifie qu’ils ont suivi une formation en hygiène et salubrité, qu’ils ont des formations techniques, qu’ils respectent les règles d’hygiène sur les locaux, le traitement des déchets. Ils s’engagent à une charte qualité qui est affichée sur le site, accessible. L’idée, c’est vraiment la transparence. Donc, on vérifie tous ces points-là pour que derrière, le particulier puisse faire son choix. On voit également son nombre d’années d’expérience, ils affichent leurs diplômes.”

micro pigmentation capillaire

Elle révèle les objectifs de la plateforme. “Aujourd’hui, on a une centaine de professionnels référencés dans toute la France et dans les DOM-TOM et il y en a 50 qui sont en attente de publication parce qu’on doit vérifier qu’ils soient bien déclarés auprès de l’agence régionale de santé et ça prend du temps. On va en avoir 150 d’ici peu. L’idée, c’est d’arriver à 200 en fin d’année. J’espère qu’on va les dépasser. C’est vrai que nous, on mise plus sur la qualité que sur la quantité.”

 

Découvrez qui fait ce type de prestation à coté de chez vous sur Ink Me Up

 

Plus d’information sur la dermopigmentation réparatrice par les Laboratoires Biotic Phocea

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *